mai 07, 2012 | Post by: Nina No Comments

Paris en chansons : l’exposition qui passe les parisiens au crible de la chanson !

Paris est multiple,  ville de la flanerie poétique pour les enthousiastes,  ville de la déprime et du stress pour les voyageurs du métro, ville de la fête et des rencontres pour les amoureux, villes peuplés d’arrogants parisiens pour les « provinciaux »…la liste des clichés est longue
Ce qui est sur c’est que Paris est source d’inspiration pour les musiciens qui racontent ces clichés, cette joie de vivre autant que ce stress dans des milliers de chansons qui ont par bonheur été sélectionnées et réunies dans l’exposition Paris en chanson à la galerie des bibliothèques de la mairie de Paris.
L’exposition Paris en chanson est une excellente idée: celle de représenter Paris vu par les musiciens qui passent au crible de leur paroles les quartiers de Paris, leurs ambiances, ses habitants, ses déplacements… Le tout en fait un parcours diversifié, joyeux où l’on s’aperçoit que les caractéristiques de Paris sont chantées depuis le début du siècle jusqu’à aujourd’hui avec beaucoup de dérision.
La sélection de chansons a dû être difficile,  il y en a des milliers  sur Paris, le commissariat a donc restreint le choix en ne sélectionnant que des artistes francophones.
L’exposition se compose d’un parcours  visuel et d’un parcours sonore.
Le plus amusant est le parcours sonore qui trace des grandes thématiques qui « modèlent le visage de Paris en chanson « :
1 La célébration de Paris – 2 L’éloge de la rue – 3 La seine, les quais, les ponts – 4 Dans Paris à pied, en voiture, en métro – 5 Les parisiens- 6 Les heures de Paris – 7 L’amour à Paris – 8 Paris est une fête – 9 Paris perdu
Chaque thématique fait l’objet d’une sélection d’une vingtaine de titre d’artistes et d’époque différents mis à disposition sur un point d’écoute individuel.
Ci-dessous une sélection dans la sélection des passages qui m’ont amusé :
Le portrait des parisiens est très drôle, finalement il a peu évolué, à croire que de tous temps les « parisiens » ont fait preuve d’arrogance envers les « provinciaux » !
Pour le portrait du parisien bobo, la chanson « chic parisien« (cliquez sur le lien pour écouter) est assez révélatrice :

Etre dans le coup mais sans excès, convival et super looké c’est ça le chic parisien, surfer sur la mondanité, courir les vernissages et les buffets, pour être une star de la ville lumière faut de la classe et des manières, c’est ça le chic parisien…

Une autre figure fascinante est celle de la parisienne qui est mise à l’honneur dans plusieurs chansons, mais la plus drôle et entraînante est la Parisienne de Marie Paul Belle.

Lorsque je suis arrivée dans la capitale j’aurai voulu être une femme fatale
Mais je ne buvais pas je ne me droguais pas et n’avais aucun complexe je suis beaucoup trop normale ca me vexe
Je ne suis pas parisienne ça me gène ça me gène,
Je ne suis pas dans le vent c’est navrant, c’est navrant
Aucune bizarrerie ca m’ennuie, ca m’ennuie
Pas la moindre affectation je ne suis pas dans le ton
Je ne suis pas végétarienne ça me gène, ça me gène,
Je ne suis pas karateka ca me met dans l’embarras
Je ne suis pas cinéphile c’est débile c’est débile,
Je ne suis pas MLF je sens qu’on m’en fait grief
(…)
Maintenant je suis parisienne je me surmène, je me surmène, et je connais la détresse et le cafard et le stress, enfin à l’écologie je m’initie je m’initie et loin de la polution je vais tondre mes moutons….

La carte des parisiennes

Un autre portrait émouvant est celui dréssé par le groupe Les Garçons bouchers dans leur chanson Paris Province [cliquez sur le lien pour écouter] qui raconte l’histoire d’un « provincial » plein d’espoir pour faire une carrière de musicien à Paris qui finit contrôleur de métro sur la ligne 14 :

Il sentait le petit provincial qui portait sur son dos tout le mépris du monde [..]
Pour lui les amis maintenant c’était juste des ombres rencontrées dans les bars
Ses amours s’était des yeux qu’on croisait dans le métro à l’occas’ d’un couloir[...]

Paris c’est aussi le transport, qui fait parti du quotidien des parisiens auxquels n’échappent pas non plus les musiciens. Une chanson amusante datant des années 60 est cet hommage de Germaine Montero dans sa chanson « Le cauchemard du chauffeur de taxi » [cliquez sur le lien pour écouter]dans laquelle elle fait preuve de son admiration pour les chauffeurs de taxis et nous rappelle qu’avant les GPS effectivement être chauffeur de taxi, c’était avoir un bottin gravé dans le cerveau !
Le métro est évidemment une source d’inspiration, il y a les optimistes comme la chanson « Station Je t’aime » de Romain Didier qui résume toutes les histoires d’amour éphémères qui naissent d’un regard dans le métro.
Il y a aussi les énervés du métro avec notamment la complainte rock’n'roll de Téléphone dans sa chanson Métro c’est trop ! [cliquez sur le lien pour écouter] ou encore le quotidien du métro chanté par Mano Solo dans sa chanson Métro [cliquez sur le lien pour écouter]:

Sur le quai du métro avec sur le dos les blessures du boulot,
Il aurait bien maudit sa vie mais un regard autour de lui, lui enlevait le droit devant tout ceux bien plus a plaindre, leur maison dans un sac tati qui restent là quand le metro s’en va […]et juste le bagout de deux trois voyoux mettaient un peu de vie dans ce trou [...]

Enfin la chanson du métro la plus touchante est surement la vision du métro parisien vu par un étranger …c’est la chanson de Zedess « Souriez parisiens » [cliquez sur le lien pour écouter]dans laquelle il raconte son expérience du métro

C’est l’histoire d’un petit négro d’Afrique qui débarque à Paris pour la première fois
Tous les monuments sont vraiment magnifiques, ils avaient du goût les ancêtres les gaulois
Mais le petit négro se souviendra toujours de sa première journée dans le métro, la tronche des parisiens toujours à la bourre, la gueule qu’ils tirent en allant au boulot
Souriez, parlez vous parisiens nous ne sommes pas dans un corbillard, ça détend, ça fait du bien les gars !
[…]moi petit négro venu du Burkina faso demande à toi parigot de te décoincer un peu dans le métro !

Cette supplique sur un rythme reggae redonne effectivement le sourire !
Paris la festive et Paris la nuit sont aussi largement représentées,  on réalise que les piques niques sur les quais de Seine ne datent pas d’hier puisqu’ils ont été chantés  dès les années 1960 avec ce Pique Nique à Paris de Pierre Louki en 1964. Les nuits parisiennes ont continué d’enflammer les artistes de Mano Negra avec Paris la nuit en passant par Louise Attaque et Les Nuits Parisiennes jusqu’à Julien Doré et ses Soirées Parisiennes
En plus de cette sélection pointue qui nous fait redécouvrir Paris à travers des époques, des styles, des musiciens différents on navigue aussi visuellement dans un décor singulier qui complète la visite avec humour, poésie et nostalgie .

Le boul' mich comme on l'appelait !

Il faut également souligner le site web de l’exposition qui contient notamment cette cartographie musicale: un répertoire des chansons classés par quartiers de Paris et ça c’est vraiment une super approche de la géographie !
Une expo amusante, original, enrichissante, où l’on ressort encore plus amoureux de Paris !
A voir à la galerie des bibliothèques, 22 rue Malher dans le 4è jusqu’au 29 Juillet 2012.