juin 29, 2012 | Post by: Nina 1 Comments

Intense proximité, le Palais de Tokyo explore ce qu’il se joue de l’autre côté de la frontière

Intense proximité est l’exposition inaugurale du nouveau Palais de Tokyo. Ce centre d’art contemporain qui est passé de 8 000 à 22 000 m² de superficie en 2012 et est devenu le plus grand centre d’art contemporain d’Europe.  22 000m² ça laisse une belle marge de manœuvre, ça met aussi au défi de remplir tout cet espace sans jamais faire de compromis sur la qualité des œuvres.
A travers de nombreuses oeuvres d’artistes contemporains variés, l’exposition Intense Proximté propose une réflexion sur notre vision de l’autre, celui que l’on pense si éloigné de nous culturellement et qui est pourtant juste à côté de nous, même avec nous. C’est aller voir de l’autre côté de la frontière, peu importe laquelle et peu importe de quel côté on s’y trouve, c’est le regard qu’on porte sur l’autre qui est ici intéressant. Le ton est juste, pertinent ou plutôt impertinent car il renverse les idées reçues et préjugés sans jamais toutefois tombé dans le trop politique.
22 000 m² d’art contemporain c’est vaste,  alors voici une sélection d’œuvres qui m’ont le plus marquées:
Tout d’abord cette œuvre de Carrie Mae Weems, une puissante claque sur les jugements, l’exposition en découd aussi avec les méthodes anthropologiques que les artistes détournent. Cette série de Carrie Mae Weems est composée de 29 photos que je vous invite à visionner sur ce site pour l’apprécier pleinement.

Carrie Mae Weems
from here i saw what happened and I cried

Et l’installation se prolonge avec 24 autres photos / préjugés percutants, l’ensemble mis en situation est visible sur cette page.

Toujours dans une approche de détournement ethnologique, l’oeuvre de Lorrain O Grady composée 16 diptyques met en parallèle les portraits de sa soeur à ceux de Nefertiti.

Lorrain O Glady source : http://lorraineogrady.com/miscegenated-family-album-slideshow

http://lorraineogrady.com/miscegenated-family-album-slideshow

http://lorraineogrady.com/miscegenated-family-album-slideshow

Après la méthode anthropologique, l’identité, le territoire un autre thème abordé dans l’exposition est désapprendre. Et l’oeuvre d’Alfredo Jaar fait certainement parti de processus de désapprentissage.
L’installation d’Alfred Jaar donne à voir [une photo de] l’équipe de Barack Obama devant un écran blanc installé face à la photo. L’écran blanc nous rappelle que l’on ne sait pas ce qu’il regarde, et pourtant les visiteurs qui ont vu cette photo pensent savoir ce qu’ils regardent : l’assaut et l’assasinat de Ben Laden. Mettre en parallèle cet écran blanc, c’est nous rappeler que l’on ne sait finalement pas ce qu’il s’est passé, alors qu’on croit si bien le connaitre. Ce processus interroge notre imaginaire collectif.

Alfredo Jaar May 1 2011

L’exposition comprend un grand nombre de vidéos, et bonne nouvelle toutes ne sont pas über conceptuelles (pour ne pas dire parfois ennuyeux). Parmi ces pépites il y en a une assez fascinante, Headache d’Aneta Grzeszykowska. Dans cette vidéo le corps blanc de l’artiste évolue sur fond noir, ses membres sont blanc mais quand ils sont recouverts d’un tissu noir aux articulations ils donnent l’impression de démembrement. Les mains, jambes, pieds, bras deviennent des entités autonomes incontrôlables :

exprimant une sorte de rage contre ses semblables, martyrisant la tête : la main tire ses cheveux, la tête crache dans la main, la main gifle la tête, et les quatre membres s’allient pour frapper cette tête qui souffle et souffre, tombe inanimée, est tirée par les cheveux pour rejoindre tronc, jambes et bras en un corps ré-apprivoisé, tombé dans un état larvaire, mais complètement désaxé

Aneta Grzeszykowska Headache

Pour terminer ce court panorama, une oeuvre parlante et efficace, celle de Batoul Shimi bien nommée The World Under Pressure

Batoul Shimi, Le monde sous pression

A l’heure où les expositions par nationalité ou régions du monde sont à la mode, au risque d’interpréter les oeuvre à la lumière de nos préjugés, Intense Proximité est une bouffée d’air frais. L’exposition révèle la complexité des identités vécues et perçues dans un monde global où le singulier devient vite soit menaçant soit exotique .
Ce parcours c’est une claque qui réveille nos jugements et réflexions à coup d’art contemporain frais et pertinent.

D’autres points de vues sur  l’exposition Intense Proximité au Palais Tokyo :

Intense Proximité au Palais de Tokyo jusqu’au 26 Août 2012.