avr 11, 2012 | Post by: Nina No Comments

Je vous ai pas déjà vu quelque part ? Des paires et séries d’oeuvres d’artistes différents.

Dans l’exposition Matisse Paires et Séries actuellement au Pompidou, on voit le cheminement de la création d’une oeuvre, les différents choix et points de vue que l’artiste a essayé d’adopter: cela créé des paires ou des séries, que l’on a disséqué dans cet article.
Parfois on retrouve des paires, ou des séries d’un même sujet, ou un  même matériau utilisé de manière semblable mais par deux artistes différents. Souvent on se demande si cette ressemblance est voulue, est-ce un clin d’oeil volontaire ? Ou est-ce que réellement les artistes ne connaissent pas les travaux précédemment réalisés par ces autres artistes
En visitant Art Paris j’ai eu à plusieurs reprises cette sensation avec les artistes et oeuvres ci-dessous.
Pour commencer, quelle surprise en découvrant l’oeuvre de Henry Cueco présentée par Claire Gastaud Galerie, celle-ci en particulier.

Henri Cueco, dessin 2004

Ce fut le choc car personnellement je connais bien cette oeuvre d’une très jeune artiste pakistanaise, Nerissa Fernandez découverte à la Galerie Alexis Renard.

Nerissa Fernandez - Behind Bars -

La probabilité pour que ces deux artistes connaissent l’existence de l’un et de l’autre est très faible, et pourtant leurs dessins  sont si semblables c’est  destabilisant.

L’autre paire est liée par l’utilisation d’un même matériau le couteau. Des oeuvres en couteau je connaissais surtout l’excellente installation de Farhad Moshiri, qui de loin nous fait lire « Life is beautiful » en couteaux plantés sur un mur.

Farhad Moshiri- Life is beautiful

Detail Life is beautiful- Farhad Moshiri

Le message est pertinent, subtil, la réalisation remarquable. Cette installation a été exposée à la galerie Perrotin en fin d’année 2009. A ArtParis je découvre l’installation de Carlos Aires je ne peux m’empécher de penser à Fahad Moshiri,  et de comparer.

Carlos Aires How deep is your love

Enfin une dernière paire, celle des princesses Disney. Je connaissais l’oeuvre de Sarah Maple  jeune artiste britannique travaillant sur ce sujet. Ses Disney Princesses sont des photos de ses récentes performances dans lesquelles elles recadrent les princesses Disney dans des environnements plus « masculin ».

Sarah Maple - Scientist

Plus tard j’ai découvert les oeuvres de l’artiste canadienne Dina Goldstein et sa série « Fallen princess » qui met aussi en scène les princesses Disney mais dans la réalité du quotidien.

Dina Goldstein- Fallen Princess

Imaginer des cerveaux à des milliers de kilomètres avoir les mêmes idées me fascine. Imaginer les artistes se rendre compte qu’une autre personne a déjà réalisé ce qu’elles sont en train de faire, en revanche me rend triste pour eux. Cela doit être très frustrant de devoir choisir entre continuer son oeuvre en sachant qu’une autre personne l’a déjà traité, et justifier de son choix ou alors abandonner son travail inachevé à cause de cette même personne…