jan 29, 2012 | Post by: Nina 1 Comments

La poésie digitale de Samuel Rousseau

De l’artiste Samuel Rousseau je ne connaissais pas grand chose jusqu’au détour de l’excellente exposition « Un rève d’éternité » à la Boghossian Foundation à Bruxelles.
C’est là bas que j’ai découvert une installation tout simplement géniale: poétique, ludique, intelligente- en résumé une oeuvre comme on les aime simple et efficace. Il s’agit de l’installation vidéo appelée « L’arbre et son ombre », celle-ci vous fige dans la contemplation et vous donne le sourire aux lèvres à admirer l’évolution de l’arbre au fil des saisons. L’arbre est bien présent et son feuillage naît en lui par l’ingéniosité de la vidéo projetée derrière lui.
Quelques photos de l’installation (crédit photo : aeroplastics galerie)

L’admiration ne tient à pas grand chose, à ce lien entre la réalité et sa perception subtile par les yeux de l’artiste.
Depuis j’ai appris que Samuel Rousseau avait été sélectionné pour le prix Marcel Duchamp en 2011, qu’il était représenté entre autres par la prestigieuse Aeroplastics galerie à Bruxelles. Depuis, je garde son nom en tête et j’espère recroiser ses oeuvres  pleines  de poésie, de décalage et d’esprit très vite à l’image de ses « Fleurs de Kerozene » réalisées en sacs plastiques avec  un jerrycan pour vase.

Crédit photo: aeroplastics gallery

Fleurs de kérozene par Samuel Rousseau

Crédit photo: aeroplastics gallery