avr 08, 2012 | Post by: Nina 1 Comments

Matisse en backstage au centre Pompidou !

L’exposition Matisse  paires et séries au centre pompidou c’est un peu Matisse en backstage, on visite le off de l’artiste: le processus de création, son atelier, ses multiples essais, ses brouillons….et par là même on interroge le rapport de l’artiste avec son oeuvre, son travail.
Et c’est justement ce qui est passionnant dans cette exposition, on est spectateur mais en même temps on se met plus facilement dans la peau de l’artiste. Celui qui hésite, qui commence, recommence, refait encore et encore en changeant d’avis, de style, de point de vues et toutes ces hésitations sont dans ces toiles côtes à côtes pour nous révéler avec évidence ces tâtonnements. Cette exposition c’est en quelque sorte un « cherchez l’erreur  » géant: un même sujet traité de façon différente nous renvoie à la position de l’artiste qui doit choisir: pour mettre en scène un violon vaut-il mieux peindre uniquement le violon solitaire dans son écrin et lui seulement, ou alors le violoniste en train d’en jouer ?

Cette exposition soulève de nombreuses interrogations face aux choix de l’artiste qui ne relèvent pas uniquement du sujet et du point de vue mais aussi du style. En voyant un même sujet comme « Marguerite au chapeau de cuir »  sous des traits expressionistes devenir une « Tête blanche et rose » cubiste, on se dit qu’à l’époque où il travaillait Matisse devait peut être aussi choisir son camp de ‘isme’: cubisme, fauvisme, impressionnisme ? Il les maîtrisait tous, et il n’a d’ailleurs pas choisi il a peint dans tous ces styles différents et à laisser le soin aux critiques et à la postérité de le classer parmi les différents courants « isme » du 20è siècle.
Cette exposition nous met face aux interrogations de l’artiste sur l’achèvement d’une oeuvre et les raisons de considérer l’oeuvre comme aboutie: est-ce le sujet, le style, le point de vue qui le définira ? Un même sujet  est traité successivement avec un de ces éléments différents, la tentation pour l’artiste de modifier une oeuvre indéfiniment sans jamais s’en satisfaire est grande. Ou alors est-ce la critique à postériori qui jugera des oeuvres marquantes de la carrière de l’artiste ?
Matisse paires et séries au centre Pompidou est l’occasion de redécouvrir Matisse sous un autre angle: voir l’ensemble des dessins préparatoires, les évolutions d’une oeuvre et surtout  visiter en quelque sorte son atelier, notamment avec la mise en abyme  des oeuvres réalisée dans son atelier concourt à rendre l’artiste plus proche, plus accessible.

Voir ce cheminement dans la création de l’oeuvre en passant les nombreux essais fait également tomber le mythe du chef d’oeuvre issu d’un coup de génie rapide et fracassant: ce sont bien de nombreuses heures de travail et de recherche qui ont abouti à ces chefs d’oeuvre. De quoi rassurer les artistes en devenir …