jan 03, 2013 | Post by: Nina 2 Comments

Top 10 des oeuvres les plus surprenantes vues en 2012

L’exercice du TOP 10 est aussi difficile qu’il est amusant, cette fois je m’atèle au classement des oeuvres surprenantes, celles qui m’ont le plus marquées cette année. Cela ne signifie pas que les oeuvres ont été conçues en 2012, mais simplement que je les ai vues (en vrai) pour la première fois en 2012. J’ai les 10 maintenant il faut leur donner un ordre et ça c’est vraiment pas facile…
1- Mona Hatoum – Light Sentence Des poulaillers, et une lumière suspendue qui monte et descend modifiant l’ombre de la pièce et lui donnant une impression de mouvement. Oeuvre vue à l’occasion de l’exposition Erres, variation labyrinthique au centre Pompidou Metz

Mona Hatoum Light Sentence


2- Samuel Rousseau
 et son installation vidéo l’arbre et son ombre. Une installation poétique et ingénieuse : devant vous un arbre, dont le feuillage évolue par l’effet d’une vidéoprojection. Ici les quatre saisons sont digitales, et l’ oeuvre invite à la contemplation. Vue dans l’exposition Un Rêve d’éternité à la Boghosian foundation.

courtesy rousseau.aeroplastics.net

3 Mounir Fatmi Save Manhattan 3 J’aime énormément le travail de Mounir Fatmi toujours très subtil et intelligent, et cette oeuvre en est le parfait exemple. De ces enceintes sortent les bruits de la ville à différent moment de la journée, une ode à Manhattan. Vu et entendu dans l’exposition #COMETOGETHERd’Edge of Arabia.

Mounir Fatmi Save Manhattan 3


4 Zhanna Kadyrova Invisible forms
Dans ce travail l’artiste s’attache à rendre visible l’invisible et cela avec des matières très visibles, voire encombrantes. Parce que les faisceaux lumineux de caméra de surveillance sont aussi intrusifs qu’invisibles, l’artiste nous rappelle leur présence avec ses faisceaux de béton. Vu et à voir à la galerie Continua Le Moulin

Zhanna Kadyrova Invisible Forms à la galerie Continua


5 -Dušan Rodić
, installation vue aux portes ouvertes de la rijksacademie. L’artiste conçoit des installations qui sont auto suffisante en terme d’énergie. Ici c’est une installation pleine d’humour où le visiteur est acteur de l’installation lorsqu’en lisant ce que l’artiste a écrit au mur il se retrouve dans un dialogue avec Alexandre Le Grand. Un panneau solaire situé derrière le visiteur qui détecte ses mouvements et porte lumière sur son dos, le visiteur est celui qui fait de l’ombre au mur devant lui au grand désespoir d’Alexandre Le Grand… Une installation pleine d’esprit et d’humour, j’adore !

Dušan Rodić

Dušan Rodić, le panneau solaire installé devant le mur qui suit les mouvements des visiteurs


6 Joana Vasconcelos Garden Of Eden
L’artiste a créé un jardin phosphorescent de plus de 300m², véritable labyrinthique onirique. Celui-ci n’est visible que dans l’obscurité, à la lumière du jour la magie s’effondrerait, car ces fleurs sont en réalité en plastique, elles sont d’ailleurs vendues individuellement comme objet de décoration kitsch et bon marché dans les boutiques chinoises.  C’est donc un jardin paradoxal que reproduit ici l’artiste, un simulacre de nature à base fleurs artificielles, et pourtant la magie opère dans cette installation fantastique.
 L’installation est  à voir au 104 à Paris jusqu’au 17 Mars 2013

Joana Vasconcelos Garden Of Eden détail

Joana Vasconcelos Garden Of Eden labyrinthe

7 Ahmed Mater CowBoy Code vue dans l’exposition #COMETOGETHER organisée par Edge of Arabia. Tout d’abord cette oeuvre est surprenante par son matériaux, des amorces en plastiques pour pistolet en jouet, en bref des pétards, une oeuvre explosive donc qui est recréé à chaque fois qu’elle est exposée puisque sont transport serait trop dangereux ! L’oeuvre met en parallèle deux codes de conduite, le premier issu de l’ouest American, le cow boy code  et le deuxième le code islamique, l’Hadith en référence aux actions du Prophète de l’Islam (pbsl) . A lire la traduction de l’arabe ces deux codes sont bien plus proches que ce que l’on pense. L’artiste Ahmed Mater rapproche ici deux univers si souvent opposés.

CowboyCode d’Ahmed Mater


8 HIcham Berrada Le temps suspendu
Cette installation m’a fasciné quand je l’ai vu la première fois dans l’exposition Un Rêve d’Eternité à la Boghossian fondation, et les fois suivantes aussi. Difficile de ne pas rester scotchée devant cette installation qui unit à la fois les matérieux lourds comme le cuivre à des matériaux léger comme la poussière de fer. Le contraste des matières en perpétuel tension, leur alchimie rendent le travail de l’artiste aussi fascinant qu’atypique à mi chemin entre science et poésie.

Hicham Berrada TS3


9 Fred Erdekens et sa poésie de cuivre
, l’artiste écrit avec l’effet de l’ombre d’un fil de cuivre. Je l’ai vu la première fois pendant la foire d’art contemporain de Bruxelles, et comme beaucoup de visiteurs j’ai été conquise par cette poésie astucieuse.

Fred Eerdekens


10 Claire Morgan nipple
. Une des révélations de cette année 2012 notamment grâce à son exposition à la galerie Karsten Greve. Elle sculpte à partir de d’animaux empaillés, souvent des mouches ou des oiseaux, comme dans cette sculpture représentative de son travail aussi géométrique que poétique.

Claire Morgan -nipple

Et vous quelles oeuvres vont ont marqué récemment ?

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=100000214517682 Julie Helleboid

    Y’a même pas un petit néon?

    • http://twitter.com/ninistan ninistan

      Dieu sait, et toi aussi donc vous savez, ,à quel point j’aime les néons, mais peut on vraiment le qualifier d’original et surprenant j’en ai douté…